ACTUALITES

2019

KMK : 15 èm anniversaire

NOS DEBATS

Date : jeudi 21 février 2019

Thème : Les mouvements culturels MAS A PO et l’École

Horaire : 08h30- 12H

Lieu : MJC des Abymes

Exposé :

Plus de 80% des groupes sont des mouvements culturels. C’est-à-dire des associations où se rencontrent des arts de la vie dans une démarche à la fois de collecte et de transmission.

Dans le développement et la vie des groupes, les enseignements, les apprentissages, les savoirs scolaires sont utilisés.

Les activités sociales, culturelles, sportives, manuelles, intellectuelles et créatrices des groupes sont des supports pédagogiques

L’École et le mouvement culturel MAS A PO échangent pour s’écouter, se rapprocher, optimiser leurs ambitions, donner du sens à leurs actions éducatives, donc Réussir .

Invités :

Spécialistes : Éduction nationale, CFTS, AEA, enseignants…

Les groupes MAS A PO

………………………….

Date : Mercredi 27 février 2019

Thème : Tanbou

Horaire : 18h30- 21H

Lieu : au pavillon à PAP

Exposé :

Le tambour fait partie de notre quotidien et accompagne nombre d’évènements.

Son parcours, ses évolutions ne sont pas sans quelques contraintes.

Parlons-en.

Où en sommes-nous de la réflexion et quelles perspectives ?

Invités :

Spécialistes : F. Flauzin, musicologues, pratiquants …

Les groupes MAS A PO

…………………………………

Date : jeudi 28 février

Thème : Projets et gestion de projets associatifs

Horaire : 08h30- 12h

Lieu : à la MJC des Abymes

Exposé :

Les groupes, sont dans leur quasi-totalité des associations déclarées. Ils doivent faire face à un certain nombre d’exigences et de règles.

L’une de leurs missions principales, faire ensemble, porter et conduire une action ou un projet commun, donner sens au lien social ;

Quelques aspects du questionnement :

-Le groupe MA SA PO, sa particularité, ses spécifiés

-La rencontre du projet personnel et du projet collectif

-La vie collective ou le projet collectif ; voire commun, est-ce une somme d’individus, d’individualités ou d’individualismes, ou …?

Ce qui marche, ce qui ne marche pas.

CAGI, CR, CRESS, DJSCS…

Les groupes MAS A PO

……………………………..

Date : Vendredi 01 mars

Thème : Acteurs et analystes racontent les MAS A PO des années 1970 à 2004

Horaire : 18h30- 21h

Lieu : au pavillon à PAP

Exposé :

Entre vécus individuels et collectifs.

Des contributions

Souvenirs, convivialité

……………………

Date : Mercredi 27 mars

Thème : La mi-carême

Exposé :

La mi-carême, des idéaux, des positionnements et autres traversent le sujet.

Pour, contre ou sans avis sur le sujet…

Etat des lieux (social, économique, culturel…) et quelles perspectives ?

Horaire : 08h30- 12h

Lieu : à préciser

Intervenants et invités

Invités Acteurs des milieux concernés

Les groupes MAS A PO

………………………

Date : Vendredi 24 mai

Thème : Kontré a mouvman kiltirel lokal é dewo’

Horaire : 18h30- 21h

Lieu : à préciser

Exposé :

Les mouvements culturels de notre champ comblent des vides, accompagnent, participent aux progrès sociaux, économiques, culturels…

Leurs contributions aux équilibres, aux solidarités, aux actions sont importantes. Des améliorations et des projections sont possibles.

Contribuons

Invités

NOU PA SAV de la Martinique KMF (Kolektf Mas Fwans), Mouvman kiltirel jakata de la Guyane, KMK et les MAS A PO

RENCONTRE AVEC LA PRESSE

JEUDI 17 JANVIER 2019

VOU, MWEN, NOU AN LARI-LA…

 

Nous avons créé Le Kolektif Mas Kiltirel (KMK) pour valoriser les MAS PO.

Déjà 15 ans que nous existons.

Nous comptons à notre actif un certain nombre de réalisations.

Nous sommes à un certain stade de notre développement.

C’est aujourd’hui la troisième édition de notre rencontre avec les communicants sur le thème générique VOU, MWEN, NOU AN LARI-LA.

VOU, le passant, le visiteur, le spectateur, voire le supporter, le cycliste, le motocycliste, l’automobiliste, le commerçant, l’animateur…

MWEN, le mas, le personnel de sécurité, le groupe, l’acteur, les acteurs

NOU, ceux que nous venons de citer en y ajoutant les résident des rues et des quartiers du circuit sécurisé et des environs immédiats.

Nous rappelons que la mission première du KMK est la valorisation du concept MAS A PO et que nous avons aussi choisi de progresser dans le champ de la responsabilité et de la sécurité.

C’est avec cette double logique que nous avons préparé et démarré l’année 2019 et dans la perspective de vivre, faire vivre et partager nos formes d’expressions et plus globalement nos arts dans et de la rue.

Nous avons eu raison de poursuivre sans relâche nos réflexions et les échanges avec nos partenaires pour offrir à nos membres et sympathisants un espace sécurisé et en recherche permanente d’amélioration.

A PAP, les déboulés des dimanches 6 et 13 janvier ce sont mieux déroulés que ceux de l’an dernier. Le tout dernier a profité des observations et des ajustements du précédent. Le prochain devrait être mieux maitrisé, avec une chaussée encore plus praticable.

RAPPEL

L’histoire a voulu que la commune des ABYMES ait été créée en 1756 et celle de POINTE A PITRE en 1843. La création de PAP a été nécessaire pour le commerce et le négoce de l’époque, avec notamment la darse.

PAP, jusque dans la décennie 1980 a prospéré presqu’au détriment des Abymes.

L’une et l’autre ont connu chacune ses quartiers populaires, le grand Boissard tout au moins pour la première, Dyno et Lauriscisque pour la seconde.

Ce n’est pas par hasard que les premiers MAS A PO ont eu leurs sièges dans l’environnement de Chauvel aux Abymes, territoire en attente de réhabilitation/rénovation depuis belle lurette. Il y a autour de cela toute une histoire sur laquelle nous reviendrons à une autre occasion.

LES MAS A PO, UNE DEMARCHE

Nous insistons sur le fait que les activités des MAS A PO ne sont pas sans quelques exigences, sans des contraintes, sans poser problème. Certains les aiment, d’autres pas. Certains les acceptent, d’autres ne les supportent pas.  On ne peut pas les ignorer, nous en avons pleine conscience. 

Nous suivons le principe, Mon plaisir ne doit pas être que déplaisir pour l’autre. Pour cela, nous devons échanger et rechercher des équilibres avec toutes les parties concernées.

Quand nous avons programmé dans notre dispositif de communication cette troisième édition sur l’occupation, la gestion et l’animation des rues, nous avions en souvenirs les risques que pourraient occasionner l’usage intempestif des véhicules dans le parcours que les groupes utilisent.

Mais comme nous devons tous le reconnaître, ce risque n’existe quasiment plus.

Il y a de l’organisation, de la présence, de la sécurisation pour tous.  

Nous avons donc actualisé notre approche, à partir des deux angles suivants :

Le premier, la rue avec les autres utilisateurs.

Le second, la gêne pour celles et ceux qui habitent le cœur de ville et plus largement la ville de Pointe-à-Pitre et ses principaux accès.

Dans le premier cas, tous les dimanches précédents les jours gras les MAS A PO entrent dans la ville de PAP par toutes ses entrées principales.  Ils sont en moyenne 15 groupes, environ   

7 000 mas qui animent au moins les rues principales et les quartiers de l’assainissement, du Fond Laugier, de Bergevin et cela de 17h à 23h.

Cela crée du mouvement et des pratiques diverses se greffent sur cet événement principal.

Cette année, l’action partenariale de l’an dernier a été renforcée. Ainsi, les services de sécurité de l’État, des villes de PAP et des Abymes, Cap Excellence, d’autres services des villes et le KMK participent à l’amélioration du cadre, des conditions de déroulement des déboulés pour la qualité des prestations des dimanches « kannaval lapwent a MAS A PO» et des autres tendances du carnaval qui y participent.

Dans le deuxième cas, Nous sommes conscients de la gêne de nos compatriotes résidents de la ville de Pointe-à-Pitre et nous nous excusons. Dimanche prochain, nous aurons déjà parcouru un 1/3 des dimanches de carnavals. Ils vous resteront après 43 dimanches autrement.

Se dressent devant nous des problèmes de parkings aux alentours des entrées de la ville. Cela, du fait de l’ampleur que prennent les MAS A PO dans la ville et les habitudes qui se tissent. Après les carnavals dans les communes et même à Basse Terre, venir à Pointe-à-Pitre prendre sa dose de MAS A PO est devenu courant. Ceux qui pratiquent ces doubles carnavals sont nombreux. Un important chantier nous attend, d’autant plus que les groupes ne peuvent que difficilement circuler pour entrer ou sortir du circuit.

Nous sommes conscients qu’une action populaire aussi complexe que le carnaval et plus précisément KANNAVAL A MAS A PO ne peut être abordée, ni appréciée, ni évaluée sans quelques nuances. En fonction de son histoire et plus globalement de sa culture on se positionne, on s’y retrouve plus ou moins, et encore…

Cependant, après deux week-ends KANNAVAL LAPWENT nous relevons :

– Une avancée du concept Lapwent an KANNAVAL du 1er janvier au jeudi de la mi-carême

– un encadrement centré sur la réussite du projet

– Une méthodologie adaptée à la situation

– Du ressenti positif de la part de l’encadrement et des acteurs

– La nécessité de poursuivre dans la voie du rapprochement de toutes les parties engagées et concernées…

Nos souhaits, une période de carnaval avec zéro incident, l’avancée des actions collectives

La meilleure expression de nos arts, la meilleure contribution du mouvement culturel au développement socioculturel et au projet de notre archipel.

D’ailleurs un nouveau point sera fait cet après-midi dans les locaux de Cap Excellence à Grand Camp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *