KMK 2018

EN 2018, LES MAS A PO, PROPOSENT DES ACTIVITÉS DIVERSES. AVEC DES RENCONTRES ET DES ÉCHANGES, L’ESPACE S’AGRANDIT…

 

MI-CARÊME, DES PRATIQUES DIVERSES

Les MAS A PO se sont retrouvés autour de deux axes :

  • Le BOKANTAJ du mercredi 07 avec KMK
  • Et des activités diverses le jeudi

 

Mercredi, BOKANTAJ

Comme convenu, les mas se sont retrouvés au local de INITÉ MAS à Baie-Mahault pour échanger sur le thème.

 

Quelques extraits

– La mi-carême, c’est bien à mi-parcours de la durée du carême donc, le 20ème jour. Elle est plus récente que le carnaval. Ici et là on lui prête des approches, des motivations, des initiatives bien différentes. Cependant une constante, c’est une journée de trêve dans l’abstinence des 40 jours de carême. C’est une journée de festivités, de pratiques populaires.

La mi-carême est aussi célébrée ailleurs, en Guyane, au Canada, au Brésil….

Quasiment tous les groupes à peau se mobilisent autour de la mi-carême. Cependant les pratiques divergents :

–  Une demi-journée, une journée, une soirée dans le local à proximité, ou sur un site l’occasion de se revoir, revivre des moments, resserrer les liens

– Un espace d’échanges, de réflexions, le bilan, le projet

– Un espace culturel autour d’activités diverses

– Déboulé d’un groupe ou d’un collectif.

 

Tous les groupes considèrent la mi-carême comme un moment important, une phase intermédiaire entre la saison MAS qui vient de s’écouler, les projets des mois à venir en animations, célébrations, tournois, léwoz, déjeuners champêtres et autres…

Les MAS A PO considèrent la mi-carême comme un temps d’activités bien installé dans nos mœurs et habitudes. Ce qu’ils confortent et continuerons à approfondir par des initiatives, dont celles de demain.

 

Nous devons faire face à une problématique :

Quasiment seuls les fonctionnaires et les agents des administrations assimilées ne travaillent pas le jeudi de la mi-carême. Et rares sont ceux qui ont une activité partielle.

Pour un certain nombre de personnes, le carême dure 40 jours et il n’y a pas de coupure.

Aussi, il n’y a pas d’organisation ou d’invitation de fédération ou de groupement.

Nous ne sommes plus dans la phase de pression intense du carnaval.

 

Nous, MAS A PO du carnaval de Guadeloupe devons :

– Continuer à échanger pour garder le cap et valoriser nos pratiques.

– Soutenir sans relâche que notre carnaval court du 1er janvier au jeudi de la mi-carême

– L’économie du carnaval a encore du champ à investir.

 

Jeudi

Comme nous venons de le voir les groupes sont mobilisés pour des pratiques différentes.

Un regard sur les déboules à PAP :

Le jeudi de la mi-carême est toujours plus animé dans la région pointoise. Rares sont les groupes qui manquent à l’appel. Cette tradition a encore été respectée ce 08 mars. Les MAS A O qui étaient de sortie n’ont pas hésité à accompagner le mouvement pour une réelle prise en charge de la santé des populations de Guadeloupe en répondant à l’appel à la mobilisation devant le CHU. Ainsi peu après 18h les groupes se sont succédés devant l’hôpital en déconfiture avant de poursuivre leurs parcours habituels.

Les jours gras

Le début de la semaine a été marqué par les rencontres et les échanges avec les établissements scolaires et les centres de loisirs. Ici et là des défilés réussis.

Vendredi soir nous avions rendez-vous à l‘initiative de VOUKOUM sur le parcours Gourbeyre Basse Terre.

Malgré une pluie intermittente qui a gêné le bon déroulement de l’évènement nous avons assisté à un déboulé avec une forte participation de jeunes de moins de 30 ans. Les échanges au Carmel ont permis de soutenir la logique des faits populaires dans le chef-lieu et des relations entre diverses communautés la psycho socio économie de ce quartier.

 

Samedi, pour la première fois le départ du MAS MATEN, s’est fait aux Abymes sur l’esplanade face au stade. Pou « maché an mas la », plus de 5 000 personnes se sont préparées sous le double thème kongo et karayib. Le temps a été clément avec ce beau monde qui a pu enfin prendre le départ vers 11 heures.

Un parcours plus long que d’habitude, pratiquement 10 km entre les Abymes et le gosier en passant par PAP.  D’importants moyens ont été déployés pour la sécurité, l’encadrement pour assurer le spectacle qui rappelons-le à plus de vingt années d’existence.

« Wè sa bon », « an pwan pyé an mwen », « an maché », « nou kontan »… beaucoup de félicitations, beaucoup d’encouragements et l’on pense déjà à 2019.

 

Toujours samedi, mais dans l’après-midi, les ti MAS avaient leur rendez-vous tant attendu. Certains ont fait la fête dans leur local, d’autres ont remplacé les grands dans les rues de Pointe-à-Pitre. Les thèmes et les tenues étaient identiques à ceux des adultes. Les ti MAS ont respecté le positionnement des adultes que l’on peut résumer à « Kannaval an nou é pou nou ». Il fallait les voir sé ti mas :  fouettards, musiciens, danseurs, offrants leurs spectacles de rues à leurs parents, aux spectateurs qui n’en revenaient pas. Ils ont crié leur émerveillement.

Par ce temps réservé aux très jeunes, les groupes ont ainsi rappelé leur démarche culturelle, d’information, de transmission, d’action intergénérationnelle.

 

Le dimanche gras à Pointe-à-Pitre, chaque année à la particularité d’être le seul point d’animation. Toutes les forces, toutes les organisations, tous les spectateurs, tous les médias répondent à l’appel.  En quelque sorte le premier point de convergence de toutes les sciences, de tous les entraînements des semaines qui ont précédé. Le résultat est là il est excellent. Il est excellent malgré une saison courte, intense et ponctuée d’événements.

Le carnaval des jours gras c’est bien la résultante d’essais, d’expériences conduites tout au moins depuis le 1er janvier. En aucun cas, le carnaval ne connaitrait cette ferveur si le pays tout entier n’était pas en carnaval depuis le premier janvier. Il s’agit bien aujourd’hui de reconnaître la réalité et de poursuivre la construction dans sa globalité. Lui donner du sens et qu’il fasse parti du projet du pays pour accroître ses valeurs solidaires, citoyennes, culturelles économiques….

Nous aurons à répondre aux questions : quelle valorisation, quelle professionnalisation, quelles retombées du carnaval, pour les vrais acteurs ?  Autrement dit, quel projet guadeloupéen et politique de carnaval ?

Faisons un petit tour des réalisations

 

Lundi 

– Matin, le mariage burlesque du point?, au centre culturel Rémy NAISOUTA à PAP  a permis à quelques fidèles de se retrouver et de vivre l’événement. Des émotions, des malpalan, des kankannyèz. Le couple résiste-t-il encore ?…

– Soir, dans divers coins du pays les activités ont été diverses. Et quelques groupes étaient de sortie à PAP.

 

Mardi

–     Matin, Quelques-uns sortent de soirées, d’autres se remettent à peine des déboulés qui ont duré jusqu’à tard dans la nuit et d’autres… Tout ce beau monde fait vivre les déboulés en pyjama.

–     Après midi, jour de défilé unique à PAP. Les deux fédérations qui animent le carnaval de Guadeloupe sont présents. Le spectacle plait. Les spectateurs sont nombreux. Des moyens conséquents ont été déployés… Peu avant 19h les Mas A PO font leur apparition, une bonne quinzaine de groupes. Thèmes, tenues musiques sont au rendez-vous pour une bonne communication avec le public.

La particularité de ce mardi gras, un espace est réservé aux MAS A PO avec un focus GPE 17ère, à partir de 17h. Le projet est porté par la FGC et le GCCRP.

Les groupes ont joué le jeu. Le bilan devrait faire avancer le projet de 2019.

  • Soir, Ici et là, des activités diverses : bals, soirées privées.

Mercredi des cendres 

II y a un premier rendez-vous PSG-Madrid.  Il faut attendre la fin de la partie pour organiser la musique et se mettre en ordre de débouler.

Et, voilà, après 21h, Sieur VAVAL, nous a quitté.

 

En résumé, une saison courte avec des activités intenses. Il y a beaucoup d’enseignements à tirer. Le chantier est immense.

 

Bons repos. Bonnes mises en commun. Bonnes suites

A l’année prochaine

 

Week-End du 02 au 04 février

Plutôt une semaine agitée avant les grandes manœuvres des jours gras.

Nous rappelons que le KMK poursuit dans la voie de l’offre de conditions meilleures pour les déboulés et la valorisation des MAS A PO. Nous sommes donc sur plusieurs fronts à la fois. Cela n’est pas facile, mais nous avançons.

Des réunions

Mardi :

– À la police municipale de PAP pour la préparation du déboulé de dimanche prochain.

– S’est tenue aussi à la sous-préfecture une réunion initiée par le sous-préfet.

Jeudi :

– Réunion avec la FGC, le GCCRP, Gpe la 1ère et une quinzaine de groupes pour préparer le mardi gras à PAP. Oui, il y aura un renouveau à PAP avec l’engagement des MAS A PO et la contribution de GPE la 1ère tout au moins. Le programme, le parcours, des mesures d’accompagnement se peaufinent pour que cela réussisse.

Vendredi :

– La réunion à l‘initiative du sous-préfet n’a duré que quelques minutes. La ville ne proposait que 50 barrières sur les 120 nécessaires à minima. Le sous-préfet a levé la séance en promettant d’interpeller le Maire. Le KMK avait déjà retenu 22 bénévoles pour sécuriser le circuit de 16h à 22h.

– Bokit, Griyad, Soupe (BGS) à Baie/Mahault. Le concept prend corps, le public y participe et de nombreux représentants de groupes y ont pris part.

Tout au long de la semaine, les ateliers ont fonctionné pour préparer et finaliser divers aspects des prestations qui seront proposées dans les jours à venir

Des espaces de rencontres avec des jeunes, des visiteurs, des concernés par le questionnement des MAS A PO et sont dévoués à divers endroits de l’archipel

Samedi

Très tôt, le matin, dans PAP, des MAS Gwo siwo ont traversé le centre-ville. De nombreux piétons ont eu droit à leur dose…

Les ti mas des groupes Moun Ki Moun et le Point ? étaient dans les rues de PAP. Petits, mais grands par l’engouement, l’engagement, les gestes et les pratiques.

Dimanche

Mas matin a fait sa prestation

Dans l’après-midi, , peu après 17h30, les groupes étaient de sortie, le public important et ravi. Certains ont tourné jusqu’à très tard dans la nuit après 22h30

 

Quelques rendez-vous des jours gras

Des rencontres seront organisées pour finaliser les programmes

Mercredi, 14h-17h, MAS A ti moun à Boisripeaux aux Abymes, avec le concours de MAS KA KLÉ

Samedi, le traditionnel et légendaire « kongo karayib » avec le point ?. Le départ se fera à Providence aux Abymes dans l’esplanade du stade 09h 14H.

Dans l’après-midi les ti mas des groupes Chenn la, Nasyon, Mas Ka Klé, VIM….feront comme les grands à PAP et cela dès 15h

En soirée MAS A Senfwansoi

Dimanche : PAP an KANNAVAL . Le monde du carnaval se donne rendez-vous à PAP. Les MA A PO feront leur apparition à 18h

Lundi : le Point, renoue avec le mariage burlesque autour de Rémy Nainsouta à PAP, à partir de 08h

En soirée les groupes seront de sortie, pour certains quasiment jusqu’au lever du jour.

Mardi :

-Lever en pyjama pour quelques-uns dès 06h

Dans l’après-midi, à PAP, le retour avec un focus MAS A PO à partir de 17h30

Mercredi

VAVAL, nous invite à son départ et son invitation au retour en 2019

Jeudi : 1er bilan

IMG_0209 IMG_0213 IMG_0223 IMG_0228 IMG_0229 IMG_0237 IMG_0242 IMG_0245 IMG_0248 IMG_0253 IMG_0257 IMG_0258 IMG_0270 IMG_0276 IMG_0278 IMG_0281 IMG_0287 IMG_0206 IMG_0293 IMG_0297 IMG_0307 IMG_0311 IMG_0312 IMG_0336 IMG_0361

IMG_0217 IMG_0251 IMG_0261 IMG_0279 IMG_0286 IMG_0288 IMG_0298 IMG_0306 IMG_0309 IMG_0315 IMG_0317 IMG_0318 IMG_0327 IMG_0330 IMG_0334 IMG_0341 IMG_0342 IMG_0343 IMG_0344 IMG_0348 IMG_0349 IMG_0353 IMG_0354 IMG_0356 IMG_0360 IMG_0362 IMG_0363 IMG_0365 IMG_0367 IMG_0372 IMG_0374 IMG_0375

 

Nous venons de vivre le premier week-end des temps forts du carnaval 2018.

La saison est très courte difficile à la fois de créer tous les évènements, de répondre à toutes les invitations. Sur l terrain les bousculades sont nombreuses. Les interférences ne manquent pas.

Ici le week-end kiltitrel de MAS KA KLÉ et le DOUBOUT POU ON GRAN VIDÉ, deux événements importants de la ville des Abymes font tous les deux parties de nos traditions. Le premier a le mérite de mobiliser très fortement les groupes à peaux de l’archipel. Le second soutient qu’il s’est installé depuis des décennies et se déroulera encore dans les années à venir 15 jours avant le dimanche Gras. L’invitation à MAS KA KLÉ de revoir sa ou ses dates.

Aussi, dans la soirée de vendredi deux évènements se sont déroulés sur le territoire de l’agglomération pointoise. Le Déboulé « lannuit » de MAS KA KLÉ et le déboulé de VIM. De l’ensemble de ce qui a été dit sur ces deux opérations nous retenons que ce sont deux des idées de l’éventail d’approches qui sous-tendent la démarche des MAS A PO. Nous profitons pour rappeler que des valeurs bien distinctes portent les expressions MAS APO et parmi elles : les idéologies, les cultures, les musiques, le sport, le bien être, la chorégraphie, les croyances et mysticisme, la dérision, l’autrement, le dépassement… les oppositions et complémentarités entre moi, toi, nous… Et la dérision et la provocation…

Un week-end culturel MAS KA KLÉ qui nous a semblé moins long, et pour certains moins intense. Mais nous sommes rassurés les responsables du groupe, la bande à jean Michel, annoncent pour 2019, un vingtième anniversaire conséquent.

Samedi, cette nouvelle édition de « woy mi mas à marie galante » a réuni un large public. Différentes tendances du carnaval ont fait le spectacle. Le site carnaval et la culture des échanges ouverts s’installent dans la grande dépendance.

Dimanche, Doubout Pou On Gran Vidé qui fait vivre depuis des décennies le carnaval aux Abymes a offert des espaces et un circuit aux carnavaliers. Ainsi, après 19h les mas a po on fait leur show dans le centre bourg. Et bien sûr les habitués : le Point ?, Inité MAS, Nasyon, Mas Ka Klé, VIM et bien d’autres, ont parcouru à pieds des kilomètres entre les Abymes et PAP.

Les acteurs MAS sont plus nombreux. Le public se déplace. Il y a du mouvement. Nous sommes déjà, dans les temps forts du carnaval 2018.

L’agglo Cap Excellence semble vouloir faire des trois derniers weekends de carnaval un axe fort de sa politique culturelle aux Abymes, à Baie-Mahault, à Pointe-à Pitre.

 

IMG_0005 IMG_0007 IMG_0015 IMG_0026 IMG_0032 IMG_0034 IMG_0045 IMG_0048 IMG_0053 IMG_0055 IMG_0059 IMG_0062 IMG_0065 IMG_0069 IMG_0072 IMG_0077 IMG_0079 IMG_0082 IMG_0087 IMG_0095 IMG_0097 IMG_0103 IMG_0108 IMG_0117 IMG_0121 IMG_0131 IMG_0145 IMG_0149 IMG_0151 IMG_0153 IMG_0156 IMG_0167 IMG_0169 IMG_0189 IMG_0193 IMG_0198 IMG_0202 IMG_0204

 

NOU KA ANTRÉ AN NANNAN A DÉKATMAN A MAS-LA

Avec ce troisième week-end et plus précisément cette troisième semaine, nous sommes déjà à mi-parcours du carnaval 2018 et nous sommes entrés dans les grandes étapes avant les jours gras.

Quelques indications :

-La rencontre avec la presse du mercredi à la MJC des abymes, initiée par le KMK a été l’occasion d’un échange sur notre positionnement, notre avancée et les actions à venir. Les groupes, Point ?, Mas a w wobè, Oualïapa, Loko la.. ont participé à la discussion avec nos invités

Vendredi quelques groupes étaient aux côtés de Tikanno et Restan la à animé le centre bourg du Gosier. Nasyon a tenu son lewoz et a tenu a remercié ses participants. D’autres animations et déboulés ont eu lieu.

-Samedi, les Mas maten, ont occupé certaines communes et centres bourgs. Et le kozé de Kabwa à Port louis a participé au questionnement sur les MAS A PO.

-Dimanche en divers lieux les mas a Po étaient de sortie

-L’effort pour l’amélioration de la circulation des groupes a moins bien fonctionné que la semaine précédente

-KAmawon té Lapwent an bokantaj avè Chenn la

IMG_0003 IMG_0010 IMG_0011 IMG_0017 IMG_0019 IMG_0021 IMG_0025 IMG_0031 IMG_0033 IMG_0038 IMG_0041 IMG_0044 IMG_0050 IMG_0052 IMG_0059 IMG_0062 IMG_0064 VIM IMG_0069 IMG_0071 IMG_0073 IMG_0078 IMG_0080 IMG_0083 IMG_0084 IMG_0085 IMG_0086 IMG_0090 IMG_0091 IMG_0096 IMG_0099 IMG_0103

Des rendez-vous pour la semaine prochaine

–Des réunions imporatntes

-vendredi :

Début du weekend de Mas Ka Klé , à Raizet, dont mas lannuit

Lewoz a KKAZAK

-Samedi

MAS a mawigalant

Podium et lewoz a Mas Ka Klé

-Dimanch, doubout pou on gwan vidé zabim (Mas an balan pou zabim

Un 1er weekend prometteur

Après les activités du 1er janvier autour du « ben démaré » nous venons de vivre notre premier week-end d’activités carnavalesques. Un week-end relativement long avec des prestations dès le jeudi soir jusqu’aux déboulés du dimanche.

Tout le monde s’accorde à dire que la saison sera intense et ce premier dimanche n’a pas failli. De nouveaux groupes offrent un espace d’activités à ceux qui les rejoignent et ils se présentent au public, parmi eux MASKO, MOUN KI MOUN.

DSCN7224 DSCN7236 DSCN7246 DSCN7262 DSCN7275 DSCN7281 DSCN7287 DSCN7289 DSCN7292 DSCN7294

MAS O KANNAL, s’affine pour devenir dans les années à venir le premier rendez-vous de la saison et l’occasion d’une mise en jambe sur ce territoire vallonné.

A Basse-terre, samedi soir VOUKOUM dans le programme de son 30ème anniversaire a fait partager son histoire, sa vision, ses interrogations, son appel à poursuivre ensemble l’action culturelle locale à l’occasion de son dékatman, sur l’esplanade de l’Archipel. Un beau spectacle entre rappels et perspectives.

IMG_0002 IMG_0005 IMG_0035 IMG_0042 IMG_0046 IMG_0047 IMG_0051 IMG_0055 IMG_0056 IMG_0061 IMG_0069 IMG_0073 IMG_0077 IMG_0079 IMG_0086 IMG_0090 IMG_0094 IMG_0096 IMG_0097 IMG_0105 IMG_0111 IMG_0112 IMG_0117 IMG_0118 IMG_0122 IMG_0124 IMG_0128 IMG_0133 IMG_0135

Dimanche une trentaine de groupes, dont 11 MAS A PO ont tourné sur le circuit à PAP. Le public était au rendez-vous. Il a accompagné le spectacle bien au-delà de 22 heures.

Programme du weekend à venir

–      Vendredi soir débat à Ste Anne avec SONJÉ SA, sur les fondamentaux des MAS A PO

–      Samedi, 9H, à Ste Anne avec SONJÉ SA, déboulé an penti

–      Défilés à Goyave et à Ste Anne

–      Déboulé à PAP à B/terre

Le week-end du 13 janvier

Le KMK, depuis plusieurs semaines échange avec les partenaires du carnaval, dont ceux qui ont en charge la sécurité à l’échelle de l’agglomération et plus précisément la ville de Pointe-à-Pitre. Ainsi, cette semaine il y a eu trois rencontres, le lundi avec l’encadrement de la police municipale, le mardi à la sous-préfecture et toujours à l’initiative du sous-préfet une deuxième rencontre le jeudi pour approfondir les niveaux de responsabilité, et finaliser au moins le parcours prioritaire, les modes de participation à la sécurisation du parcours.

Ce week-end il a fallu regarder des côtés de Sainte-Anne, Goyave, Basse-Terre, Pointe-à-Pitre.

Un temps pluvieux sur toute la Guadeloupe a plongé beaucoup de MAS dans la réflexion et à fonder espoir en des accalmies opportunes autorisant les déboulés.

A Pointe-à-Pitre au moins, les groupes ont pu, malgré quelques petites goutes, s’exprimer entre 17h30 et bien au-delà de 22 heures.

Toujours sur Pointe-à-Pitre avec une vingtaine de pros dans les rues, nous relevons tout d’abord, qu’un effort conséquent a été fait pour la délimitation d’un parcours reprenant les axes prioritaires utilisés par les MAS A PO.

Les musiciens ne chôment pas. Ils jouent le jeu. Ils partagent leurs musiques avec leur groupe et les spectateurs

IMG_0242 IMG_0240 IMG_0238 IMG_0233 IMG_0232 IMG_0228 IMG_0223 IMG_0221 IMG_0201 IMG_0199 IMG_0195 IMG_0190 IMG_0187 IMG_0185 IMG_0184 IMG_0179 IMG_0176 IMG_0175 IMG_0169 IMG_0165 IMG_0163 IMG_0162 IMG_0156 IMG_0155 IMG_0146

Programme du weekend à venir.

  • Kozé, initié par Kabwa, samedi 20 janvier, à 09H30, à la médiathèque de Port-Louis, sur le thème, les mas a po une construction…
  • MAS lapwent, B/T, an komin’