DERNIER WEEK-END …

Tandis que l’exposition du KMK au centre culturel Rémy NAINSOUTA continue à recevoir des objets et des œuvres de ses invités et ses partenaires et qu’elle se peaufine, ailleurs les préparatifs vont bon train pour assurer les derniers rendez-vous d’un week-end très attendu.

Jeudi soir une trentaine de personnes a participé au rendez-vous proposé par le KMK an savann a Tico an lokal a Mas Ka Klé sous le thème : An nou palé…

Félix FLAUZIN a répondu à l’invitation, il s’était joint au groupe pour faire part de son expérience en rappelant tout d’abord que c’était avec plaisir qu’il répondait aux invitations du collectif pour un enrichissement partagé.

La soirée s’est articulée autour de deux axes.

Le premier a porté sur un ensemble de questions concernant le corps et la dimension physique des pratiquants dont en priorité les musiciens avec une attention plus particulière aux bassistes. Un sujet d’intérêt, qui a beaucoup apporté, un rappel pour certains, des précisions supplémentaires pour d’autres et surtout beaucoup d’informations pour les nouveaux. Retenons tout simplement que les exercices que nous faisons à l’occasion de déboulés sont loin d’être sans conséquence sur chacun de nous, il y a donc du bon, du moins bon pour le corps. Il y a grand intérêt à ouvrir le chantier de l’observation, de l’analyse de la compréhension de beaucoup de phénomènes notamment avec le corps médical. Toutefois, il n’est pas question d’accusation ni de faire mauvaise presse. Nous avons simplement l’ambition d’agir avec connaissance…

Le deuxième axe a été consacré à la rencontre avec le Kolektif Mas Fwans (KMF). Un moment attendu, que nous avions programmé depuis quelques mois. Les représentants du collectif ont fait part de l’intérêt de leur organisation qui pour l’instant couvre plus précisément la région de l’Île-de-France et regroupe un peu moins de 10 associations. Quoi de plus naturel que de se réunir pour supporter, analyser, comprendre les situations humaines, sociales, psychosociales de milliers de nos compatriotes qui ont été obligés de vivre en dehors de leur terre natale et qui sont convaincus de la place et de l’importance de la contribution culturelle à l’individu, à l’équilibre individuel et à la cohésion de ceux qui vivent la diaspora.

En résumé

Les liens seront renforcés entre les deux entités. La recherche d’axes porteurs pour les deux parties et l’élaboration de projets font partie des orientations qui ont été retenues…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *