KMK 2020

2020, la dernière semaine de carnaval et les jours gras

Nous avons eu droit à plus d’une semaine d’activités. Voyons cela :

Lundi

Réunion GCCRP, FGC, KMK. Une rencontre importante qui devait finaliser les conditions de déroulement du mardi gras à PAP. Le GCCRP étant absent, les deux autres organisations ont préparé ce moment important des MAS A PO dans les rues de PAP.

Mardi et mercredi

Ont été réservés à des démarches diverses dont les invitations de groupes aux déboulés du dimanche et de mardi à PAP. Des démarches ont été effectuées en direction de cap Excellence pour le meilleur partenariat le mardi gras

Jeudi

Débriefing à Cap Excellence.

Vendredi, 

Dans l’après-midi le Point ? avait planté son village au bourg des abymes face au stade René serge NABAJOTH. Un temps de rencontre avec nos productions locales. Une démarche nouvelle en lien avec le 30ème anniversaire du groupe.

Samedi

  • Matin

Les MAS s ‘étaient donnés rendez-vous à sainte-Rose et aux Abymes pour deux prestations qui au fond s’inscrivent dans la même logique. Un regard sur notre histoire et un déboulé unitaire pour chacun des deux pôles.

A Basse-Terre donc, à sainte-Rose, les groupes Mangrov la, Moun ki Moun, Sonjé sa, VIM s’étaient donnés rendez-vous pour un mas unitaire sous le thème MAS LIBÈTÉ pour débouler de la section de Viard à celle de Manbia après avoir bien sur traversé le centre bourg.

De l’avis de tous, le nombre de participants a encore augmenté cette année. La dynamique est bonne les acteurs sont satisfaits.

De l’autre côté, Kongo Karayb marquait sa 22ème année au service du déboulé « tout moun sé moun ». Après un départ tardif du parc Zorobabel à l’entrée du centre bourg des Abymes, l’imposant groupe a traversé les quartiers de providence, du Raizet et Grand-Camp avant de se fondre sur la plage du Bas du Fort après avoir traversé PAP.

Nous relevons un public relativement jeune.   

Dorénavant, la Guadeloupe semble compter, le samedi gras, deux pôles d’activités de MAS populaires. 

  • Après-midi

Le déboulé de mas a ti moun dans les rues de PAP, réunit moins de groupes. Certains avaient préféré le précédent samedi. Cela n’enlève rien à l’événement. Les ti moun sont là, Ils sont accompagnés, ils déboulent…

  • Soir

Ici et là, réceptions, soirées, fêtes improvisées n’ont pas manqué.

Dimanche

Depuis des décennies, le dimanche précédent le mardi gras est réservé au carnaval unitaire dans PAP. 2020, n’a pas manqué à la tradition. Plus d’une cinquantaine de groupes tous types de mas, dont une quinzaine de groupes à peaux étaient dans les rues.

Pour ces derniers notamment la création, le rythme, l’ambiance étaient au rendez-vous.  

Quelques-uns observent qu’il n’y a pratiquement pas eu de groupes de Basse-Terre.

La fête a duré de 12h à plus de 24h.

Lundi

  • Matin

Le mariage burlesque du Point ?

Nous n’avons pas pu retenir les noms et prénoms des prétendants, puis mariés qui ont quand même pu sortir de la mairie et plus précisément d’entre les mains et la bouche du maire, très peu malpalan Rony.

Après moult rebondissements Ils ont été mariés devant une assemblée attentive et participative.

  • Soir

Depuis quelques années nous sommes habitués à nous partager entre au moins trois pôles d’activités. L’un à Saint-François, l’autre à Basse-Terre et le troisième à Pointe-à-Pitre.

La particularité, sur ces trois points les MAS A PO sont présents. Cependant, notamment dans la région pointoise l’esprit MAS A LANMO’ s’est ressenti quelque peu, rappelant aux plus âgés les années 1960 où ils étaient très actifs.

Dans l’ensemble, nous retenons une nuit animée.  

Mardi gras

  • Matin

Mas an pyjama

Oui, nous ne sommes plus dans ces années 1970 où ces mas avaient dans Pointe-à-Pitre un succès important, car bien fréquentés par la jeunesse de l’époque.

Dès cinq heures du matin à la sortie des bals on se donnait rendez-vous sur la place de la Victoire pour que démarre un long cortège animé et porté par les valeurs du lâcher prise.

Les MAS AN PYJAMA, nous les avons rencontrés dans PAP et au raizet… Ils sont jeunes, ils sont bien là.

  • Après-midi :

Basse-Terre, a la grande parade a réuni toutes les tendances de notre carnaval avec une priorité laissée aux caisses claires et aux synthés. Chaque année elle est attendue, de la couleur…

  • Plutôt en fin d’après-midi : Lapwent an MAS A PO

Ce jour, les MAS A PO ont poursuivi leurs formes d’expressions des dimanches précédents en y ajoutant leurs forces, leurs créativités et leurs acquis. Avec de fortes pensées pour leur public. Les échanges fructueux…

Les FGC, GCCRP, KMK ont fait converger leurs efforts pour réaliser et réussir ce mardi Gras. Malgré de nombreuses difficultés et des déboires,

nous avons réussi.

Mercredi des cendres

–      Matin : Des ti mas et autres un peu partout sur le territoire, dont à PAP

–      Après midi et soir

Dans un mélange de couleurs, de joie, de tristesse les MAS, les groupes MAS sont sortis pour la dernière fois avec de grosses et fortes pensées pour Vaval. Certains l’ont remercié pour ces semaines de prouesses, d’autres l’ont regretté sur ce chemin du départ, jusqu’à son dernier souffle 2020.

VAVAL a été brûlé, il n’est plus…

Vive VAVAL 2021

Merci aux MAS, merci aux groupes qui nous ont fait vivre des moments forts, riches, agréables….

Pour le KMK, l’heure est au bilan…

MAS A PO, EN CETTE VEILLE DE MARDI GRAS.

En introduction, une pensée…

MAS A PO nous avons nos publics acteurs et spectateurs et régulièrement nous faisons de nouveaux adeptes. Et dans cet ensemble la recherche et la demande d’explications sont fortes.

Depuis quelques années nous nous y employons de manière plus soutenue tout en respectant les valeurs qui fondent notre socle. Nous sommes à la fois attentifs à nos traditions et porteurs de modernité.

2020 est à la fois bilan, expression et projection. Durant ces 09 premières semaines de l’année nous le vivons, nous l’explorons, nous le démontrons et déjà nous préparons tout au moins 2021.

Tous les groupes tirent aussi leur notoriété du public. Certains groupes sont adulés, quelques-uns fétiches, d’autres surprennent et dans l’ensemble NOUS PROGRESSONS ET NOUS FAISONS VIVRE NOTRE PAYS.

Souvent le nombre de membres ou de participants est déterminant, mais il y a tant d’autres éléments et de facteurs qui s’y rajoutent. Les responsables de groupe savent que la grille d’évaluation de leurs prestations, voire chacune de leurs prestations est relativement étendue. Chacun cherche le meilleur résultat. Pour cela les efforts ne manquent pas. Les réunions, les ateliers, les moments de convivialité y sont dédiés.

Les MAS A PO avec d’autres tendances ou entités ils font l’ensemble CARNAVAL DE GUADELOUPE. Avec des centaines de fouettards, des centaines de musiciens, des centaines de danseurs et plus globalement des milliers de débouleurs, nous sommes les plus nombreux, les plus imposants…

Les MAS A PO pures produits de nos réalités sont nés par la conviction et la force de ses vrais défenseurs et ils évoluent encore. Ensemble, nous portons des réponses psycho socio-économiques, voire sociétales. La création n’a pas été facile, de nombreuses difficultés demeurent, dont une certaine volonté d’affaiblissement, de ralentissement, voire d’étouffement du mouvement.

Nous venons de vivre une semaine dynamique. Malgré la déconvenue de Bémao mi mas. Ce qui nous a privé de la deuxième édition du déboulé MAS A PO avec le concours de INITE Mas.

Quelques réalisations :

– Une semaine pour suivre les investigations pour un Mawdi gra MAS A PO LAPWENT.

– Samedi matin, Sonjé Sa nous a gratifié de son MAS A PENTY. Le mas a penty est encore à ses débuts. Le tableau prend corps. Les couleurs et l’environnement semblent se compléter et la particularité de la commune en bordure de mer et tournée vers le tourisme a donné un cachet particulier à l’événement.

Les porteurs du projet sont satisfaits de la montée en puissance de l’événement. Et les perspectives ne manquent pas.

– Samedi après-midi, dans les rues de PAP les mas à ti moun des groupes du point ? Moun ki moun, Mas Ka Klé, VIM, étaient de sortie.

Les mas des « petits grands » ont suivi les parcours traditionnels. Des parcours que ces enfants tirent bien. Alertes, fiers, fouettards, musiciens… Yo an zafè a yo

Un des observateur « Ce mas réuni un public important car les enfants ne sont pas seuls, la famille y est et tout au moins, maman et papa »

– Dimanche, dès le matin, dans différents locaux, les préparatifs allaient bon train pour les rencontres, les échanges, les espaces de convivialité qui allaient précéder les déboulés. Des thèmes et des messages divers ont caractérisé ce dimanche à PAP.

LES JOURS GRAS, PREPARATIFS ET ACTIONS…

Lundi, rencontre du KMK, du GCCRP, de la FGC pour finaliser l’organisation du mardi gras à PAP.

Jeudi, briefing, débriefing à CAP Excellence

Vendredi, Village du point ? l’esplanade Zorobabel aux Abymes 14h – 23h

Samedi :

– Kongo karayb de 08h à 14h, avec le départ près du stade et l’arrivée près de la plage de la DATCHA

-Mas anba bwa à Ste Rose à 9h avec mangrov la et ses invités VIM, Ijakata…

– Déboulé des mas a ti moun à 15h,

   2ème partie réservée aux autres groupes de la région pontoise.

Dimanche : Carnaval Lapwent

Lundi : 9h Mariage burlesque avec lepwen ?

            19h Carnaval à Saint-François

             20h Mas lannuit à PAP

Mardi : MAWDI GRA : Lapwent an mas a po

Mercredi : Brilé vaval dans les communes

LA SEMAINE DU 03 FÉVRIER.

Un mois sans école est venu se rajouter aux multiples contraintes qui rythment notre quotidien et nous contraignent à voir l’avenir avec des couleurs sombres.

QUELQUES-UNES DES REALISATIONS

JEUDI 06

– La présentation du programme CAP CARNAVAL

– Le débriefing des dimanches déboulé à PAP

VENDREDI 07

Il y a eu 03 léwoz aux Abymes. 

DIMANCHE

Il est un peu plus de 09h, le comité mémwa a senjan avait donné rendez-vous au cimetière des Abymes aux parents et aux amis, à quelques intéressés pour la deuxième édition de la commémoration Senjan. La dizaine de prises de paroles a été remarquable, entre histoires de sa vie, et ce qu’avec d’autres il nous a légué. 

Le groupe TI MAS a « fait un son » à notre Senjan.

Le projet suit son cours pour remercier et se souvenir de l’homme, de sa démarche et de celles et de ceux qui l’ont accompagné.  

Dans l’après-midi et jusqu’à tard dans la nuit sous le couvert du DOUBOUT POU ON GRAN VIDÉ et la thématique du 30ème anniversaire de l’organisateur KZAKK, les carnavaliers, puis les mas a po se sont succédés devant une foule très importante et intéressée.

Cette année, le thème générique était la SANTÉ. Des MAS A PO n’ont pas manqué de témoigner de la réalité inquiétante, voire catastrophique du pays. Leurs regards ont porté par exemples sur y pli fan ki félé et les conséquences des multiples insuffisances. Les MAS A PO SONT FIDÈLES A LEUR ENGAGEMENT POUR NOTRE ENVIRONNEMENT.

EN RESUME

Quelques évènements forts ont marqué notre semaine.

Normal, nous approchons des quinze derniers jours de VAVAL 2020.

Nous sommes quelque peu éloignés de ces années 1985 où les MAS A PO déboulaient vers les communes avoisinantes le gosier, Baie-Mahault, PAP. Oui, cette année encore, dernier restant, celui des Abymes nous a rappelé des souvenirs. Certains groupes, entre 18h jusqu’après minuit, ont pratiqué sur environ 10 Km.

Nous le rappelons, le carnaval aux Abymes c’est aussi les déboulés sur les deux axes routiers principaux entre PAP et cette commune. Entre 18h et 20h les groupes se rendent sur le périmètre prioritaire du centre bourg. Entre 21h et 23h c’est leurs retours. Les abymes, qui par ailleurs portent beaucoup au pratiques culturelles, associatives et populaires du pays. 

LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE

Notre avant dernière semaine de MAS.

– Lundi : Rencontre du KMK avec le GCCRP en préparation du mardi gras à PAP

– Vendredi : Lésisyon a mas avec Sonjé Sa à 18h

– Samedi :  Mas a penti toujours avec Sonjé sa à Ste anne à 9h

Un rendez-vous avec l’ambition d’en faire un événement dans cette commune du levant.

                  Mas a ti moun a lepwen? à 15h

                 Mas a joj

                  Lewoz

– Dimanche : Baie Mahault, la 2ème édition des mas a po en nocturne est annulée.

– Dimanche : Baie Mahault, la 2ème édition des mas a po en nocturne est annulée.

ON JOUNÉ BOKANTAJ, AN KMK

Après une première expérience en 2019 les groupes s’étaient donnés rendez-vous ce dimanche 02 février pour la deuxième édition du BOKANTAJ AN KMK.

Une formule Requinquée avec l’amélioration du temps de préparation et le jour j des espaces et un temps réservé au réseau, aux contacts, aux relations qui ont commencé dans la matinée avant le déboulé de 19 heures dans les rues de Pointe-à-Pitre.

Nous sommes à la mi saison quelques groupes avaient décidé de rester dans leurs locaux à préparer les semaines à venir ; des semaines qui s’annoncent très chaudes. Quelques-uns s’étaient déjà engagés ailleurs. Et il y a bien sur ceux qui n’adhèrent pas…

Rappels

Dès cette année, nous inscrivons le 1ER dimanche du mois de février comme l’espace de rencontres, d’échanges et de promotion de notre mouvement. Avec deux temps forts :

– Dès le matin, les groupes de la région pointoise ouvrent leurs portes aux groupes des communes et des dépendances et plus globalement aux publics. Ils les accueillent. Ils sont leurs hôtes.

– Après 18h, c’est le déboulé avec le départ sur l’assainissement. Les groupes se suivent dans le périmètre sécurisé du point de départ jusqu’à la place de la victoire.  Puis poursuivent par l’itinéraire ou les activités de leur choix.  

Dans l’ensemble de la démarche de rencontres, d’échanges, voire de découverte pour certains a été bien reçue et nous en tirons quelques enseignements.

Sa ki fèt

Pour certains la journée a commencé de bon matin :

– Konbin a mas qui a pris l’express des iles à 6h au port de Grand Bourg

– Moun Ki Moun se préparant à accueillir ses invités Konbin a mas

– Des ateliers par ci par là pour répondre aux invitations du moule, du gosier, de PAP

Quelques extraits de la journée Bokantaj :

Très bon accueil, y fèt

Nou pasé on bel moman

Prèmyé fwa nou vin lapwent, sa bel, nou ka pasé on bon moman

Nou sanblé, nou fè on lyanaj a tèm, mésaj, atylié, mizik, déboulé é nou travèsé lapwent.

Retenons aussi,

Le carénage avec 3 groupes de la mouvance MAS A PO installés dans ce quartier chargé d’histoire entre tout au moins les vestiges de l’usine Darboussier et le mémorial ACTE.

Merci à tous. Merci aux groupes ;

Nous préparons 2021

5ème WEEK-END

Mardi 28

– Débriefing : des constats et des améliorations et la préparation des temps et des espaces à venir.

– Réunion de pilotage CAP CARNAVAL à l’initiative de Cap Excellence

L’occasion de visiter quelques principes et de rappeler l’intérêt pour une complémentarité et un vrai partage de la culture carnaval de Guadeloupe.

Sur ce point une note du KMK a été rédigée. Elle et à consulter sur notre site.

Mercredi 29

MAS KA KLÉ a proposé un documentaire MAS, réalisé par Jessy SHUSTER au Cinéstar

Vendredi Déboulé é misik a mas

Le terrain de foot de Lunar s’est remplit progressivement. 22h, 18 groupes y sont. Vers 22H30 le gros de la troupe s’est lancé. MAS A WOBE était déjà dans le circuit depuis deux bonnes heures.

Tout le long du parcours le public est nombreux. Les impressions sur ce retard important ne manquent pas. Le spectacle est quelque peu diversifié, la rencontre avec le public réussie.

Et le spectacle dans la savane TICO un complément attendu et réussi, malgré l’heure tardive.

VIM, nous sommes toujours vendredi

Ne fait pas partie du concept Konplo. Alos, y tou sel an lari-la. Il y avait du monde.  Vers 23 h venant de Lauricisque VIM renoue avec son déboulé nocturne, « LATEX, BONDEX »…

Une bonne prestation bien cadencée, bien compacte, an konsyans

Choquant, pas choquant. L’essentiel, VIM, voire les VIM ne laisse pas indifférent. Nou an kannnaval, on lespwi, on mésaj, on mouvman….

Samedi

Un peu après 14 h, le village artisanal s’est installé progressivement avec une palette de productions locales montrant l’engagement des acteurs et soulignant, une progression dans les œuvres.

Les jeunes de NOUVÈL JÉNÉRASYON KA, école musicale de Baie Mahault, sous la baguette de Teddy PELLISIER ont présenté leur savoir-faire. De la qualité, de l’ambition.

Avec une douzaine de jeunes talentueux, la relève est assurée.

Les jeunes de MAS KA KLÉ, ont suivi eux aussi par une belle prestation. L’action d’intéressement et de culture des jeunes se poursuit donc. Là aussi un avenir prometteur. Nous sommes toujours an savannn Tico

Puis la place a été laissée au léwoz avec des acteurs (tanbouyé, makè, chantè, dansè…) et un public attentionné. Une bonne complémentarité.

A VENIR

Sam. 08 fév. : LEWOZ A K’MAWON à Basse-Terre

Dim. 09 fév. : 9h au cimetière des Abymes rassemblement en hommage à Saint Jean

14h Doubout pou on gran vidé Zabym avec Kazzak (30ème anniversaire)



A MI-PARCOURS DE VAVAL 2020

  • JEUDI 23 JANVIER

RENCONTRE AVEC LES COMMUNICANTS

An lokal a chenn la, 10h20-11h45

À l’initiative du KMK nous avons échangé, voire partagé sur la thématique de la RESPONSABILITÉ et de la SÉCURITÉ

Introduction du KMK :

– Le KMK et son champ d’activité, la culture MAS A PO

– La mission du KMK, accompagner et contribuer à la valorisation des MAS A PO

Le thème

– RESPONSBILITÉ ET SÉCURITÉ

– Une des missions fortes du KMK : faire en sorte que les MAS A PO vivent leurs arts, autrement dit qu’ils puissent débouler.

Nous sommes invités à échanger sur le thème « À PAP, durant la période de carnaval, partageons les espaces communs, les espaces publics et plus globalement partageons le périmètre sécurisé »

POURQUOI

Arrêtons-nous sur tout au moins les trois mots et points suivants : MAS A PO, débouler et kannaval.

– MAS A PO

– Débouler

– Kannaval du 1er janvier au jeudi de la mi-carême

Des spécificités que nous devons encore et encore présenter, expliquer, partager…

Un des espaces d’intervention des groupes, la rue et ses environnements (ses environs, ses utilisateurs, ses acteurs, ses habitants…).

Les MAS poursuivent une ou des idéologies. Ils font dans les solidarités, l’économique, la culture, les sports et bien d’avantage. Ils couvrent un champ relativement étendu. Un champ et des pratiques qu’il faut expliquer, préciser pour eux-mêmes et pour les autres. Parmi ces autres il y a tout au moins des administrateurs, des organisateurs, des partenaires et bien des formes d’expressions carnavals. Parmi eux certains défilent, d’autres marchent et encore…

La ville de PAP et le périmètre sécurisé

– Pourquoi

– Des contraintes pour les résidents, pour l’économie voire une forme d’économie

– La gestion du territoire

NOTRE POINT DE VUE

Le carnaval particulier de la Guadeloupe et notamment celui de la région pointoise que les MAS A PO affectionnent et auquel ils portent un cachet bien spécifique nous invite à agir avec quelques précautions pour que toutes les parties concernées soient informées et mieux soient associées.

En 2020 les explications sur qui nous sommes et ce que nous faisons sont encore nécessaires.

La dérision, les bwabwa, des formes d’expression, dont certaines sont encore inédites font toujours partie de nos modes d’expressions.

Durant la période de carnaval ÊTRE et FAIRE AUTREMENT que les autres jours de l’année font aussi partie de nos modes d’expressions.

Notre responsabilité reconnaître l’autre, vivre avec les différences, pour ensemble partager.

La sécurité individuelle et la sécurité collective font partie de l’événement et de la prestation. Elles doivent être au rendez-vous de la réussite.                  

PERSPECTIVES

Notre carnaval est spécifique. Et quelques-uns parlent déjà de nos carnavals.

Il n’y a aucun autre du genre, pas même dans la caraïbe. Nous n’avons donc pas de modèle.

Nous avons grand intérêt à poursuivre sa construction collectivement. Pour en faire un produit qui participe à notre culture fondamentale et à notre projet sociétal.

C’est ainsi que nous voyons depuis quelques années progresser le concept GWADLOUP AN KANNAVL, voire tout au moins LAPWENT AN KANNAVAL, du 1er janvier au jeudi de la mi-carême…

Et oui, PAP, ville d’art et de culture chaque année, du 1er janvier au jeudi de la mi-carême est la ville carnaval comme les mas elle est autrement le dimanche après-midi et quelques fois le week-end.

Les chantiers ne manquent pas :

– Consolider ce qui est entrepris pour l’information et la sécurisation avec notamment les partenariats, les briefings et débriefings

– Parfaire les relations entre MAS A PO

– Rencontrer et construire avec les groupes qui pratiquent le périmètre

– Construire le projet partenarial et adapter les moyens et la logique de communication

ENSEIGNEMENTS TIRES DES ECHANGES

Une troisième édition quelque peu requinquée portant davantage sur la rencontre des partenaires ; voire des concernés qui font l’événement dont les commerçants et les pointois. La reconnaissance de chacun, des priorités, des contraintes, sont nécessaires pour que tous nous progressons chaque année ensemble.

Nous retenons que :

Les participants n’étaient pas nombreux, mais que le débat a été de qualité, dépassant les limites initiales pour s’interroger sur le concept carnaval, ses réalités, ses offres, ses potentialités et surtout ses perspectives.

Les MAS A PO prennent leurs responsabilités internes et externes à leurs groupes.

Les briefings et débriefings que tiennent les partenaires de la sécurité des dimanches KANNAVAL LAPWENT sont utiles et nécessaires.  Chaque dimanche apporte son lot de constats et d’informations, ils sont traités. Tout le monde est gagnant.

  • VENDREDI

À la Médiathèque Guy TIROLIEN, à Grand-bourg de Marie Galante, Alain MOZAR a présenté le livre album MAS A PO MAS KILTIREL GWADLOUP devant un public intéressé. Entre 19h30 et 20h50 dans le cadre d’un échange dynamique quelques aspects des MAS A PO ont été visités. Mme le Maire Maryse ETZOL et une délégation, ont participé à la rencontre.
Dans les rues les groupes Konbin a Mas et Kiltika auxquels se sont ajoutés quelques groupes, venus sur la grande galette pour le déboulé du lendemain, ont participé au déboulé qui, un peu avant 22 h, a laissé place au KOUT Tanbou.

– Les Mas étaient de sortie dans Basse-Terre 

  • SAMEDI

Dès 09h30 l’Express des iles a commencé sa rotation de transports de carnavaliers pour la 6ème édition du WOY MI MAS MARIGALANT. L’occasion aussi pour les groupes de l’ile de présenter et de partager leurs prestations.

L’ile a connu quelques animations.

Quelques groupes attendus n’ont pas fait le déplacement.

Comme nous l’avons toujours dit c’est un événement important. Les responsables doivent se pencher sérieusement sur les conditions et les modalités d’organisation des années à venir pour que la participation soit active et plus grande.

Durant ce même week-end il avait une manifestation importante à Saint-Louis, à quelques kilomètres : La MG RACE

  • DIMANCHE

Dans PAP :

« Nou pé kouri »

« An pli alez »

« Mwens skootè »

« L’information circule »

Mas et spectateurs se croisent. Ils font le spectacle, les rues de PAP sont plus sures.

Pas d’incidents majeurs.

Le dispositif de sécurisation un périmètre est installé, il fonctionne et le spectacle est de qualité.

Un bon dimanche.

Une 5ème semaine au pas de charge

Mas Ka KLé : 29, 31 janvier et 01 février Wikenn kiltirel « Lespri anba fey »

            Mas lannuit, le vendredi 31

            Village artisanal et léwoz samedi 01  

Dimanch 02 févryé BOKANTAJ AVÈ É AN MAS LAPWENT

Thème générique : NOU

  • Le matin, les groupes de la région pointoise ouvrent leurs portes aux groupes des communes et des dépendances et plus globalement aux publics. Ils les accueillent. Ils sont leurs hôtes…
  • 18h, départ du déboulé sur l’assainissement. Les groupes se suivent dans le périmètre sécurisé du point de départ jusqu’à la place de la victoire. Puis poursuivent par l’itinéraire ou les activités de leur choix. Surtout ne pas s’arrêter sur le parcours ni empêcher la progression des groupes.

VENDREDI

À la Médiathèque Guy TIROLIEN, à Grand-bourg de Marie Galante, Alain MOZAR a présenté le livre album MAS A PO MAS KILTIREL GWADLOUP devant un public intéressé. Entre 19h30 et 20h50 dans le cadre d’un échange dynamique quelques aspects des MAS A PO ont été visités. Mme le Maire Maryse ETZOL et une délégation, ont participé à la rencontre.
Dans les rues les groupes Konbin a Mas et Kiltika auxquels se sont ajoutés quelques groupes, venus sur la grande galette pour le déboulé du lendemain, ont participé au déboulé qui, un peu avant 22 h, a laissé place au KOUT Tanbou.

– Les Mas étaient de sortie dans Basse-Terre 

SAMEDI

Dès 09h30 l’Express des iles a commencé sa rotation de transports de carnavaliers pour la 6ème édition du WOY MI MAS MARIGALANT. L’occasion aussi pour les groupes de l’ile de présenter et de partager leurs prestations.

L’ile a connu quelques animations.

Quelques groupes attendus n’ont pas fait le déplacement.

Comme nous l’avons toujours dit c’est un événement important. Les responsables doivent se pencher sérieusement sur les conditions et les modalités d’organisation des années à venir pour que la participation soit active et plus grande.

Durant ce même week-end il avait une manifestation importante à Saint-Louis, à quelques kilomètres : La MG RACE

DIMANCHE

Dans PAP :

« Nou pé kouri »

« An pli alez »

« Mwens skootè »

« L’information circule »

Mas et spectateurs se croisent. Ils font le spectacle, les rues de PAP sont plus sures.

Pas d’incidents majeurs.

Le dispositif de sécurisation un périmètre est installé, il fonctionne et le spectacle est de qualité.

Un bon dimanche.

Une 5ème semaine au pas de charge

Mas Ka KLé : 29, 31 janvier et 01 février Wikenn kiltirel « Lespri anba fey »

            Mas lannuit, le vendredi 31

            Village artisanal et léwoz samedi 01 

Dimanch 02 févryé BOKANTAJ AVÈ É AN MAS LAPWENT

Thème générique : NOU

  • Le matin, les groupes de la région pointoise ouvrent leurs portes aux groupes des communes et des dépendances et plus globalement aux publics. Ils les accueillent. Ils sont leurs hôtes…
  • 18h, départ du déboulé sur l’assainissement. Les groupes se suivent dans le périmètre sécurisé du point de départ jusqu’à la place de la victoire. Puis poursuivent par l’itinéraire ou les activités de leur choix. Surtout ne pas s’arrêter sur le parcours ni empêcher la progression des groupes.

Un troisième weekend MAS animé.

Cette année nous essayons de pénétrer un peu plus la face cachée et les profondeurs des groupes. Pour réaliser un voyage dans le peu visible et l’insoupçonné des MAS, des acteurs MAS. Et ce sera le thème du journal 2021…

Cette semaine, aux habituelles activités des groupes se sont greffées de nouvelles et d’autres.

VENDREDI

– Friperie au carénage avec MAS a Wobé, une belle journée de savoirs, de pratiques, d’objets, de réalisations sur fond de solidarités et de bokantaj. Peut-être, une nouvelle formule du koudmen.

-ka ki mas avè le pwen? Le groupe, dans le cadre du programme d’activités de son 30ème anniversaire a organisé ce temps de rencontre et d’échange sous cette intitulée. Du beau monde pour un grand moment de partage. Il a été question de souvenirs, d’histoire, de parcours. Certains se rappellent, plus de 25 années passées à Chauvel… Le pwen pou dé lanné é dé lanné anko…

SAMEDI

– Ici et là, par exemples au Moule et à Sainte-Anne les « mas lari » ont sillonné les rues en quête aussi de pièces. Des habitudes qui ne se perdent pas.

– Mas maten soti, avec leurs gros tambours et plus globalement leur façon de faire

– On jouné a Viard Sentwoz avè : Klé la, Sonjé sa, Moun Ki Moun, les invités du groupe Mangrov la. Avè, an swaré on déboulé an bou-la, entrè lanmè é montangn. Men y pati ta. Mas é lapli joué kachkach avè pou awbit lansan é tanbou…On bel moman.

Le groupe, Léritaj, à vieux habitants, en soirée se fait connaître avec un passage en soirée dans les rues du bourg.  

DIMANCHE

Mas, ti mas et autres, malgré un temps pluvieux sur tout l’archipel fè zafè a yo. Ici et là, les formes d’expressions et d’échanges se sont multipliées.

À PAP, par exemple, les groupes, après les ateliers de la veille qui se sont prolongés le lendemain pour certains et diverses activités de solidarités ont fait fort dans les rues. Il y avait du monde, de la démarche, de l’action… Les traditionnels étaient là.

Ainsi, aux alentours de 18h30, venant des différentes entrées de la vile de PAP, les groupes ont convergé vers l’assainissement, le premier point de ravitaillement, un espace de plus de 6 ruelles laissé aux spectacles, aux rencontres… Les marins du carénaj « 50/50 », ont fait leur show. Eux, ils n’ont pas délaissé Boissard faisant mémoire à boutik a man Lorenty.

– Toujours à PAP, le parcours sécurisé, une bonne initiative. Il est utile à tous (pratiquants et acteurs). De nouvelles habitudes sont en train de naître…

– Petit canal, une des communes phares du patrimoine et des traditions guadeloupéens n’a pas proposé sa nuit MAS A PO qui après trois éditions avait commencé à s’installer dans le répertoire des groupes.

LE WEEK END A VENIR

Des anniversaires qui se fêtent et qui participent aux projets des groupes. Ces groupes, des créations locales qui ont traversé le temps par la force et l’abnégation de ses membres. Fos é bravo pou yo.

Le Point?, aux Abymes, Ti Kanno au Gozier, Mas a Wobè à PAP et d’autres. Ces organisations ont chacune élaboré un programme pour se souvenir, partager et se fixer de nouveaux objectifs.

JEUDI 23

09h30-12h échange avec les communicants Le carnaval, espace d’échanges et de rencontres, sur le temps carnaval à PAP. 

Ouvert à tous

Marie-Galante

Sera le lieu de rendez-vous de ce week end.

Nous attendons beaucoup des bilans et des ajustements souhaités pour que nous nous retrouvions en fin de semaine sur la grande galette. Nous aurions l’occasion de revenir sur l’importance de cet événement.

Des éléments du paragramme

– VENDREDI, Grand-Bourg :

            Présentation du livre MAS A PO, MAS KILTIREL GWADLOUP à 19h

            Déboulé a l’initiative du groupe kiltika 19h

            Kou tanbou, place de l’église 21h

SAMEDI

            Matin, MAS an lari

            Après-midi, défilé et déboulé

DIMANCHE

Carnaval à Sainte-Anne

Groupe a po à Pointe-à-Pitre

Autre info

En préparation le déboulé du dimanche 02 février, sur le thème NOU à l’initiative du KMK. C’est la deuxième édition. C’est plus qu’un déboulé, l’occasion d’être, de faire, de partager entre Mas, avec les MAS an MAS pour les MAS. Le 02 février inter agissons dans la région pointoise pour l’unité MAS A PO.  

A ce stade du développement du programme 2020 des idées émergent :

– L’occasion de revenir sur les évolutions et les tendances.

– Des territoires marqués (l’esprit tribus) aux espaces d’échanges (savann, lakou…)

– Les déplacements et les voyages, dont Marie-Galante.

– Peut-être de nouvelles rencontres ou de nouveaux rapports entre le corps esprit.



WEEK-END DU 10 AU 12 JANVIER  2020

JANBORREE AU PORT-LOUIS

La commune de Port-Louis a toujours porté sa contribution à l’expression de nos arts et traditions populaires. Nous avons en mémoire tout au moins :

– La chanson qui a pour titre une nuit à Port-Louis

– Les paroles et les récits de chaben

– La contribution de Fred NADIRE à la culture Mas a po

– Bien d’autres contributions culturelles, sociologiques, patrimoniales, politique aux réalités guadeloupéennes.

La démarche qui a été construite, puis réalisée ces vendredi et samedi ont puisé dans l’histoire de la commune pour produire cet espace d’apprentissage et de rencontre/communication.

Ainsi, le vendredi dès le matin quelques écoles de la région du Nord ont occupé la médiathèque comme lieu de découverte, de pratiques et d’expressions.

Le samedi a été réservé à l’esprit « vilaj » pour des rencontres et des échanges. Les groupes Voukoum, Point?, Nasyon ont été les invités de circonstance. Ils ont clôturé la soirée en animant le podium.

Nous retenons que c’est une nouvelle formule. La pluie intermittente s’est invitée notamment le samedi soir.

Dans l’ensemble un concept qui plait et qui est appelé à évoluer.

Ici et là, au moins les mas des samedi et dimanche matin ont fait leurs shows.

CARNAVALIERS ET MAS A PO

Le concept MAS A PO de Guadeloupe est divisé sur le fait de sortir ou ne pas sortir le deuxième dimanche du mois de janvier. Toutefois, dans certaines communes et tout au moins à Goyave et à Pointe-à-pitre les acteurs des défilés et des déboulés étaient de sortie. Près d’une vingtaine de groupes étaient dans les rues de cette dernière. De 17h à 23 h les rues ont été animées avec un service de sécurité opérationnel.

Les groupes sont nombreux, diversifiés en démarches culturelles différentes.

Si nous avons bien avancé sur le parcours sécurisé, la question se pose sur son utilisation par les groupes, car ici et là des incidents sont relevés. Ne reviendrait-il pas maintenant aux groupes d’intervenir sur son utilisation, les condition … ?

QUE NOUS PROPOSE CE TROISIEME WEEK END

Samedi 18 : Avè Mangrov la : Bokantaj lajouné é déboulé lannuit Mas a Wobè : Foire artisanale et culinaire devant Fouillole de 8h à 17h

Dimanche 19 : Carnaval 0’kannal à 14h



PREMIER WEEK END MAS

La première semaine de cette année 2020 a été marquée par plusieurs événements ; parmi eux :

Le « ben démaré » du 1er janvier

Quelques groupes pratiquent le ben démaré. Ils ne sont pas nombreux. Et cela fait débat. Nous retenons qu’il y a lieu de s’intéresser au sujet

– KMK a rencontré la presse jeudi 2 janvier à la MJC des Abymes.

Les thèmes abordés :

– Diffusion du livre-album Mas A Po, Mas Kiltirel Gwadloup

– Rencontre avec la presse

     Échange avec les communicants, le 23 janvier à 10h an lokal a chenn la

– On jou an lespwi kmk, dimanche 02 fevrier, Lapwent

– Weeken kiltirirel a Mas Ka Klé

– Kongo karayb, sanmdi 22 févriyé

– Mardi gras Lapwent, 25 févriyé

– Rencontres hebdomadaires en briefings et débriefings du groupe sécurité

– Réponses aux invitations des groupes et de la presse

– Samedi quelques groupes ont participé à Mas an foli, au vélodrome à Baie-Mahault.

Dimanche, 1eres sorties ; voire prèmyé mannev

Malgré un temps hésitant, le nombre, la diversité, la qualité, l’engagement, étaient au rendez-vous, quelques images :

  • 50/50, en fortification à son local.
  • Mas a Wobè, reçu son trophée, Mas an foli

Masko, a rendu visite à sé nou menm, sur la place de la victoire.

Des actes des gestes divers

Aussi

Petit bourg, comme annoncé, Zayann’k a conclu sa toute première prestation

Comme pour rappeler que la saison est courte, la plupart des groupes semblent avoir trouvé et retrouvé leurs membres. Pour les connaisseurs, les groupes ont fait le plein dès cette première sortie.

La sécurité

Au fond la réflexion se nourrit pour une responsabilité partagée sur le thème Lapwent an kannaval.

Cela semble bien fonctionner avec bien sur quel accros et points à parfaire par ci par là.

Une bonne initiative à poursuivre pour que la fête soit belle, se poursuive, les acteurs s’expriment et que les observateurs voient, s’interrogent, gardent de bons souvenirs.

PROGRAMME DU DEUXIEME WEEK-END, 10 JANVIER ET…

Wek end MAS A PO a powlwi

– Vendredi, L’ECOLE et la culture MAS A PO :  toute la journée les écoles élémentaires de la circonscription se rencontrent sur des thèmes et en ateliers. Samedi village MAS, dès le matin, la commune vit au rythme de la culture Mas sur fond de rencontres , d’échanges pour terminer la journée par une prestation musicale avec les groupes VIM, point ?, Nasyon…

– La présentation du livre se poursuit.

2ème briefing et débriefing de la saison.

Dans l’éventail des modes de communication (mail, WhatsApp, Facebook…) nous gardons le site.

Pour certains, ce mode est dépassé, ou plus simplement il y a mieux. Pour nous, Il se prête à notre conception des échanges : chercher, confronter, relayer, suivre les évolutions…

Il s’agit donc pour nous en tout premier lieu de préciser et de rappeler que nous ne sommes ni fédération, ni groupe de MAS A PO. Une entité particulière, au service des MAS A PO, Un espace de réflexion, d’échanges et de valorisation du concept et des pratiques de nos membres et sympathisants.

Nous avons retenu les rubriques suivantes :

– Les thématiques que nous traitons

– Les projets et actions que nous portons et que nous soutenons

– Les avancées et les perspectives

– Nos contributions à notre champ, à notre environnement…

Dans le vaste mouvement des MAS A PO, nous avons déjà fait et nous avons encore à faire.

C’est la raison de notre 15e anniversaire sur le thème LARÈL AN-NOU.

Rappel, en 2004, nous avons construit notre démarche à partir essentiellement des forces en présence dans la grande région pointoise.

Aujourd’hui, en 2019, nous devons accompagner la progression des  MAS A PO  dans nos 32communes  et donner du sens aux partenariats avec les mouvements de notre lignée en Martinique, en Guyane, en France…

Nous sommes très attentifs aux mutations sociales, économiques et cukturelles dans l’archipel, dans notre environnement immédiat et au-delà.

La conception culturelle et certaines actions populaires et plus simplement la démarche des MAS A PO bougent , dans les grandes agglomérations de PAP et de B/T, dans les communes, à Marie Galante, à la Désirade. Ici et là, des femmes et des hommes agissent, créent, inventent, se faufilent entre des contraintes des plus diverses pour vivre autrement et faire vivre, voire revivre leur environnement.

Ainsi, au-delà du fouet, du tambour, du chant, ils sont à la recherche de sens. Comme pour introduire ou rappeler que   notre région mono départementale est un ensemble de territoires. C’est à dire, d’idées, d’actions, de façonnages, d’engagements, d’espoirs.

Nous nous faisons confiance, nous avons confiance.

EN 2019, le thème LAREL AN-NOU, entre affirmations, exclamations, interrogations, s’impose à nous. LAREL AN-NOU, un chantier que nous sommes fières d’initier, car nous portons des valeurs qui servent et serviront notre pays.

Un pari audacieux quand on a pleine conscience des différents courants (imaginations, pensées, créativités, solidarités…) qui font notre logique durant la période de carnaval. Entre mysticisme, magicoreligieux, mascarade, masko, diversion, remise en question, affrontement, etc nous allons à partir de différents outils (musique, bwabwa, scènes , objets, coiffes, tenues…), tirer des enseignements, décider, confirmer, prendre des orientations

Nous devons aussi rappeler que :

1–Kannaval a MAS A PO sé joudlan pou mikarenm, é lapwent an kannaval.

2-L’une des composantes essentielles du carnaval de Guadeloupe, c’est le mouvement des MAS A PO.

3-Les week-ends, dont les dimanches, sont des temps de préparation, d’expression et d’ajustement des comportements et des pratiques qui font la grandeur des carnavals, dont ceux des Abymes, de PAP et des jours gras.  Ils doivent être appréciés à leurs justes valeurs.