Archives mensuelles : février 2015

VAVAL 2015 PATI

Avec le départ de VAVAL en fin de soirée de ce mercredi 18 février j’ai fait sonner mon dernier kout tanbou, j’ai tiré mon dernier kout fwet.

Vaval a encore bien fait les choses, Il s’en est allé.

Je suis partagé : à la fois triste et heureux, fatigué et plein d’entrain.

Je suis content d’avoir passé des heures, des journées des week-ends autrement. Oui, durant quelques semaines j’ai puisé au plus profond de moi, repoussant la fatigue pour vivre le présent… Avec d’autres j’ai partagé des moments intenses. J’ai eu à choisir, à faire, à refaire, à contribuer à la réalisation d’objets et de situations collectives…

VIVE VAVAL 2016 !

IMG_0024IMG_0019 IMG_0022 IMG_0028 IMG_0017IMG_0015 IMG_0009 IMG_0004 IMG_0006 IMG_0002  IMG_0026IMG_0035

IMG_0037

MARDI GRAS

Les regards sont tournés vers Basse-Terre qui a été retenue, à grand renfort de publicité, par les organisateurs et les carnavaliers comme la ville du grand rendez-vous. Tout a été fait pour que la fête réussisse. Comme l’a rapporté un journaliste d’une radio locale « tout le monde y était hormis les mas a po ». Et pourtant Voukoum, Nasyon et Restan-la tout au moins y ont fait leurs prestations…

C’est mardi gras, les groupes pour l’essentiel sont restés dans leur fief, cela fait aussi partie des habitudes. À pointe-à-Pitre, il a fallu attendre 18h pour que commence le spectacle d’une bonne douzaine de groupes de la périphérie. Ici jusqu’à plus de 23 heures la foule n’a cessé de grandir et encourager les prestations de ce mardi gras 2015.

Il nous semble des plus importants que les concernés dont les responsables et les membres des groupes a po soient à l’écoute des bilans et des perspectives pour comprendre, partager des informations et poursuivre leur mission vers un avenir maitrisé….

IMG_0128 IMG_0121 IMG_0119 IMG_0117 IMG_0112 IMG_0111 IMG_0108 IMG_0104 IMG_0092 IMG_0088 IMG_0077 IMG_0073 IMG_0072 IMG_0067 IMG_0056 IMG_0046

DIMANCHE GRAS

Dans l’agglomération Cap Excellence, après les Abymes, puis Baie-Mahault c’est autour de Pointe-à-Pitre d’être la ville carnaval.

Pour deux raisons c’est un jour particulier, voire qu’appréhende les MAS A PO.

La première, l’horaire est rarement respecté, le parcours est encore occupé par les autres types de groupes.

La seconde ils font du sur place, cela peut durer plus d’une heure, il leur est difficile de débouler…

Peu après 18 h, Ils se sont présentés à différentes entrées de la ville. Très vite ils se rendent à l’évidence, ce ne sera pas facile. Comment faire avec plus d’une dizaine de groupes d’une centaine de membres et trois de plus de 1000, c’est la tâche au moins des responsables des services de sécurité…

Pour les spectateurs, il y a de la réflexion, de la création, de l’entrain. Les messages, les tenues restent dans la tradition et la valorisation de notre environnement. Quelques groupes pourtant récents se présentent aux cotés de leurs aînés en respectant la tradition, en innovant et même en surprenant.

C’est un dimanche gras réussi !

IMG_0226 IMG_0222 IMG_0216 IMG_0211 IMG_0203 IMG_0198 IMG_0163 IMG_0162 IMG_0161 IMG_0158 IMG_0150

SAMEDI GRAS

Ce vendredi 13 février en soirée c’était le déboulé d’une douzaine de groupes à Morne-à-l‘eau aux cotés de Mas Boko Ka et cela jusqu’à très tard dans la nuit.

Le lendemain sur au moins deux pôles,  P-à-P avec le Point ? et Sainte-Rose avec Mangrov la, les mas a po s’étaient donnés rendez-vous en kongo Karayb.

Notamment à P-à-P, le Mas est ouvert à tous. Les mas viennent de partout : Il suffit de vouloir s’exprimer dans le thème et porter sa contribution à l’ensemble.

Plus d’un millier de personnes dans les rues de P-à-P après un départ à Chauvel pour une arrivée sur la page du gosier, environ 04 heures de déboulé.

Kongo Karayb, c’est l’occasion de visiter notre histoire et pour certain notre parcours avec une référence à l’Afrique, à la Caraïbe, à la Guadeloupe, tout en laissant une place à la créativité et à l’agencement de valeurs fortes qui font le charme de notre environnement.

Kongo Karayb, c’est aussi, des expressions, du laisser vivre, du relâchement de l’extériorisation, du dépassement, un ensemble d’actes et de situations qui fait l’autrement.

Avec ces mas qui ont animé pointe-à-pitre ce samedi 14 février: tout mas, masque de Vieux fort, mas a ti moun, Kongo Karayb, il faudra bientôt inscrire cette journée comme une référence de l’espace carnaval de notre archipel.

IMG_0091 DSCN4393 DSCN4387 IMG_0082 DSCN4381IMG_0039DSCN4380 IMG_0032 IMG_0030 IMG_0027 IMG_0016 IMG_0041IMG_0013 IMG_0011 IMG_0010 IMG_0009 IMG_0008 IMG_0005

DERNIER WEEK-END …

Tandis que l’exposition du KMK au centre culturel Rémy NAINSOUTA continue à recevoir des objets et des œuvres de ses invités et ses partenaires et qu’elle se peaufine, ailleurs les préparatifs vont bon train pour assurer les derniers rendez-vous d’un week-end très attendu.

Jeudi soir une trentaine de personnes a participé au rendez-vous proposé par le KMK an savann a Tico an lokal a Mas Ka Klé sous le thème : An nou palé…

Félix FLAUZIN a répondu à l’invitation, il s’était joint au groupe pour faire part de son expérience en rappelant tout d’abord que c’était avec plaisir qu’il répondait aux invitations du collectif pour un enrichissement partagé.

La soirée s’est articulée autour de deux axes.

Le premier a porté sur un ensemble de questions concernant le corps et la dimension physique des pratiquants dont en priorité les musiciens avec une attention plus particulière aux bassistes. Un sujet d’intérêt, qui a beaucoup apporté, un rappel pour certains, des précisions supplémentaires pour d’autres et surtout beaucoup d’informations pour les nouveaux. Retenons tout simplement que les exercices que nous faisons à l’occasion de déboulés sont loin d’être sans conséquence sur chacun de nous, il y a donc du bon, du moins bon pour le corps. Il y a grand intérêt à ouvrir le chantier de l’observation, de l’analyse de la compréhension de beaucoup de phénomènes notamment avec le corps médical. Toutefois, il n’est pas question d’accusation ni de faire mauvaise presse. Nous avons simplement l’ambition d’agir avec connaissance…

Le deuxième axe a été consacré à la rencontre avec le Kolektif Mas Fwans (KMF). Un moment attendu, que nous avions programmé depuis quelques mois. Les représentants du collectif ont fait part de l’intérêt de leur organisation qui pour l’instant couvre plus précisément la région de l’Île-de-France et regroupe un peu moins de 10 associations. Quoi de plus naturel que de se réunir pour supporter, analyser, comprendre les situations humaines, sociales, psychosociales de milliers de nos compatriotes qui ont été obligés de vivre en dehors de leur terre natale et qui sont convaincus de la place et de l’importance de la contribution culturelle à l’individu, à l’équilibre individuel et à la cohésion de ceux qui vivent la diaspora.

En résumé

Les liens seront renforcés entre les deux entités. La recherche d’axes porteurs pour les deux parties et l’élaboration de projets font partie des orientations qui ont été retenues…

 

ET DE SIX…

Le week-end prolongé de cette sixième semaine de l’année et de carnaval a été intense. La grande et la basse terre ont toutes deux connu des moments d’animations attendues et révélatrices de créativité, d’entrains et de forces de VAVAL.

Les carnavaliers ont procédé à des observations, des mises au point qui leurs seront utiles durant les jours à venir.

Le public s’est déplacé à Bouillante, à Baie-Mahault, à Pointe-à-Pitre. Il a encouragé ses acteurs. Il reconnaît que ce n’est pas facile pour ses carnavaliers et il est pour l’essentiel satisfait.

Le KMK a installé son exposition. Il doit encore le peaufiné tout en préparant les rendez vous :

  • Mardi 10, DÉBAT, à18h 30, au centre culturel R. NAiNSOUTA
  • Thème : « LA NOU YÉ, LA NOU KALÉ »

Durant le carnaval échangeons sur nos valeurs (constats, réflexions, tendances, perspectives) et projection du diaporama MAS POU MAS.

  • Jeudi 12, BOKANTAJ, à 18h30 an savann a tico (a ka MAS KA KLE), au Raizet

Des récits et des histoires font la richesse et la particularité des mas. Puisons dans nos réserves, partageons les.

Nous échangerons avec nos amis du KOLEKTIF MAS FWANS (KMF)…

Vin avè zouti Nou ké fè on son !

An nou palé pou nou kontinyé vansé !

 Programme d’activité du 11 au 21 février

– Mercredi 11 : Déboulé des enfants des centres de loisirs de Boisripeaux et ses   environs aux Abymes, 14h – 16h

– Vendredi 13 : Déboulé à Morne à l’eau avec Mas Boko Ka, à 19h

Samedi 14 : Journée, sur le thème : « libèté (roukou é gwo siwo) » avec Mangrovla      à Sainte-Rose

Mas « kongo karaib »à Pointe-à Pitre avec le groupe « Point? » – 09h

Mas a ti moun à Pointe-à-Pitre – 15h

Dimanche 15 : Déboulé an lari lapwent – 16h-22h

Lundi 16 :   Mariage burlesque, à Pointe-à-Pitre avec le « Point ? »- 09h-13h

Mas lannuit, à Pointe-à-Pitre – 20h

Mardi 17 :   Mardi gras Mas lapwent- 16h 22h

Mercredi 18 : Mas a pijama – 08h

Déboulé du mercredi des cendres, ou mort de vaval : à Pointe à Pitre : et dans les communes

Samedi 21 : Fin de l’exposition au centre culturel R NAINSOUTA

IMG_0008 IMG_0012 IMG_0024 IMG_0028 IMG_0042 IMG_0044 IMG_0048 IMG_0060 IMG_0062 IMG_0075 IMG_0090 IMG_0095 IMG_0099 IMG_0104 IMG_0106 IMG_0112 IMG_0122 IMG_0123 IMG_0127 IMG_0128 IMG_0134 IMG_0002 IMG_0124 IMG_0125 IMG_0117

Un cinquième week-end mas plus long et plus intense !

Outre les réunions et actions habituelles des groupes, a débuté dès le mercredi 28 l’espace culturel « LAKOU ART » du groupe MAS KA KLE an savann a Tiko au Raizet, le point de ralliement. Ce qui a marqué l’entrée dans la grande ligne droite conduisant au mardi gras dans 21 jours.

Jeudi soir c’était le rendez-vous des mas a po à l’initiative de MAS KA KLÉ. Ils étaient 17 groupes à débouler dans la grande cité qui tient une bonne place dans la tradition culturelle sportive, solidaire, carnaval et mas de notre archipel. Avec un départ un peu tardif, à 01 h du matin les mas déboulaient encore dans la dernière portion du parcours (Raizet-Raizet, après une incursion à Grand-Camp et le boulevard Légitimus). Restait alors le show final sur la scène installée dans la savane. Signe que LAKOU ART, du concept Konplo de MAS KA KLÉ réunissant divers arts s’installe comme un rendez-vous important du carnaval, de la radiation, de nos habitudes, du développement culturel de Guadeloupe.

C’était aussi le week-end du carnaval abymien avec diverses manifestations qui ont marqué le 25ème anniversaire du comité KAZAKK. Le traditionnel DOUBOUT POU AN GRAN VIDÉ du dimanche 01 février que porte le comité a offert à plus d’une soixantaine de groupes toutes tendances confondues un espace d’expressions.

Nos mas a po ont été invités officiellement à entrer dans le circuit à 19h 30…

Nou ja konet … !

Dans cette commune le stade René Serge NABAJOTH semble être le nouveau lieu des concours officiels. Soutenons que le carnaval, dont les groupes a po et la ville des Abymes vivent depuis des décennies un amour qui dure, s’adapte, grandit et évoluera encore.

IMG_0107 IMG_0099 IMG_0097 IMG_0090 IMG_0075 IMG_0061 IMG_0058 IMG_0041 IMG_0035 IMG_0027 IMG_0023 IMG_0016 IMG_0001 IMG_0002

WEEK END DU 18 JANVIER

Comme pour à la fois marquer l’importance du carnaval pour les guadeloupéen et une saison courte les pôles d’activités se sont multipliés depuis ce jeudi 15.

Car il n’est pas question pour certains de ne pas faire vivre et vivre au moins un moment du carnaval 2015.

Nous avons en mémoire le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2011 qui a meurtri Haïti.

Des familles entières souffrent encore de ses conséquences au plus profond d’elles.

Dans la diversité des réalisations Beauport, Pays de la canne, pour la première année, se fait une place dans le carnaval avec un bon mois d’activités. Et c’est tant mieux, car notre carnaval et la canne ont une longue histoire commune.

Chaque année, notre culture nationale nous inspire et participe à nos créations.

Vendredi lewoz a Nasyon a Neg Mawon, sur l’assainissement à PAP a réuni des centaines de personnes et la grande famille culturelle tanbou è zanmi tanbou.

Samedi la rue commerçante de Basse-Terre a vécu au rythme du dékatman de Voukoum. Une démarche culturelle linéaire entre le passé et l’avenir. Un parcours, un cheminement réussi de notre départ de l’Afrique à notre projection, la construction du guadeloupéen qui se poursuit.

Parmi les pôles d’ativités :

Port-louis, Beauport ouvre son premier espace carnaval / expo, débat, échanges, déboulé…

Samedi : Basse-terre, Dékatman voukoum

                 Sainte-Rose, limas : la nuit des mas a po

Dimanche : Ste-Anne, Ste-Rose, PAP…

IMG_0360    IMG_0358 IMG_0351IMG_0370 IMG_0344 IMG_0341 IMG_0333 IMG_0286 IMG_0265 IMG_0303 IMG_0383

IMG_0376IMG_0380

NOU KA FÈ (Dézyèm dimanch mas)

Les évènements tragiques du mercredi 07 janvier et des jours qui ont suivi tout comme la mobilisation pour les libertés ont été aussi suivis en Guadeloupe.

Les Mas a po de Guadeloupe ont la particularité de puiser leurs inspirations dans leur environnement. Ils ne pouvaient donc pas ne prendre en compte le nécessaire effort qui est demandé à tous pour que s’expriment les libertés et que la tolérance aille jusqu’à se réapprendre.

C’est ainsi que le week-end a été marqué par des sentiments divers, voire opposés. Il y a eu ici et là de l’hésitation, peut être renforcée par l’annonce dés jeudi de l’annulation de la manifestation de VOUKOUM à Basse-Terre. Quasiment aucun groupe n’a échappé à l’interrogation sortir, ne pas sortir ? Si oui, comment, avec quel signe distinctif ?

Au fond, partant de la dimension culturelle des mas a po, les groupes se sont retrouvés et plus globalement le carnaval a bien eu lieu, avec des activités sur plusieurs pôles : Gosier, Pointe- Noire, Port-Louis, Petit-Canal en première initiative, certaines communes et bien sûr Pointe-À-Pitre.

Ainsi toutes les valeurs qui fondent et font notre carnaval ont été réunies et ce ne sont surtout pas les acteurs qui diront le contraire, d’autant plus que les rues de la ville de Pointe-À-Pitre,

lieu de prédilection des mas a po, ont été, ce dimanche, plus aisément praticables, contrairement au précédent. Cela devrait être le cas chaque dimanche sur fond de complémentarité et de solidarité acteurs/décideurs, pour une responsabilité partagée.

Dans l’ensemble les mas avaient réservé cette sortie à un regard sur notre environnement et nos traditions. Par exemple les feuilles sèches de bananiers ont été utilisées par plus de 1500 personnes…

Un bon deuxième dimanche

IMG_0146 IMG_0165IMG_0149 IMG_0241IMG_0179 IMG_0174IMG_0213 IMG_0188  IMG_0243  IMG_0200

MAS 2015, Y PATI…

Ce 04 janvier, premier dimanche du mois de janvier 2015, peu après 17h, Pointe-à-Pitre avait retrouvé ses habitudes des jours gras. Un peu plus d’une vingtaine de groupes étaient dans les rues, et pas uniquement les MAS a PO.

En effet les connaisseurs avaient, déjà en 2014, ressentis le désir des caisses claires de tourner sur la ville et de l’animer durant le carnaval, comme un entraînement, un galop d’essai avant les concours et les jours gras.

Inité mas é Ti kanno pour les mas a po et Prestans et Pikanga pour les caisses claires n’étaient pas restés dans leur commune respective, le Gosier et Baie-Mahault, pour le bonheur des acteurs et des spectateurs.

Une bonne ambiance, mais un spectacle contrarié par les embouteillages, les bouchons, ces nombreux véhicules…

Les Mas ont bien enregistré qu’ils devront se rendre à Pointe-à-Pitre durant 07 dimanches. Cela fait partie de nos habitudes, de nos traditions, c’est une de nos spécificités qui participe à la grandeur (intensité, valeur, créativité…) de VAVAL GWALOUP.

Nous rappelons la nécessité de l’arrêté municipal « Pointe-à-Pitre en carnaval du 01 janvier au jeudi de la mi carème » et de mesures d’accompagnement que les mas sont prêts à parfaire dans le cadre d’une construction collective avec la ville pour un carnaval social, solidaire, économique et culturel aussi source d’intergénérationnel et levier d’un devenir partagé…

IMG_0113 IMG_0088 IMG_0094 IMG_0103 IMG_0075 IMG_0065 IMG_0061 IMG_0001 DSCN4255 IMG_0111 IMG_0035 IMG_0031 IMG_0029