Tous les articles par assokmk

WEEK END DU 18 JANVIER

Comme pour à la fois marquer l’importance du carnaval pour les guadeloupéen et une saison courte les pôles d’activités se sont multipliés depuis ce jeudi 15.

Car il n’est pas question pour certains de ne pas faire vivre et vivre au moins un moment du carnaval 2015.

Nous avons en mémoire le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2011 qui a meurtri Haïti.

Des familles entières souffrent encore de ses conséquences au plus profond d’elles.

Dans la diversité des réalisations Beauport, Pays de la canne, pour la première année, se fait une place dans le carnaval avec un bon mois d’activités. Et c’est tant mieux, car notre carnaval et la canne ont une longue histoire commune.

Chaque année, notre culture nationale nous inspire et participe à nos créations.

Vendredi lewoz a Nasyon a Neg Mawon, sur l’assainissement à PAP a réuni des centaines de personnes et la grande famille culturelle tanbou è zanmi tanbou.

Samedi la rue commerçante de Basse-Terre a vécu au rythme du dékatman de Voukoum. Une démarche culturelle linéaire entre le passé et l’avenir. Un parcours, un cheminement réussi de notre départ de l’Afrique à notre projection, la construction du guadeloupéen qui se poursuit.

Parmi les pôles d’ativités :

Port-louis, Beauport ouvre son premier espace carnaval / expo, débat, échanges, déboulé…

Samedi : Basse-terre, Dékatman voukoum

                 Sainte-Rose, limas : la nuit des mas a po

Dimanche : Ste-Anne, Ste-Rose, PAP…

IMG_0360    IMG_0358 IMG_0351IMG_0370 IMG_0344 IMG_0341 IMG_0333 IMG_0286 IMG_0265 IMG_0303 IMG_0383

IMG_0376IMG_0380

NOU KA FÈ (Dézyèm dimanch mas)

Les évènements tragiques du mercredi 07 janvier et des jours qui ont suivi tout comme la mobilisation pour les libertés ont été aussi suivis en Guadeloupe.

Les Mas a po de Guadeloupe ont la particularité de puiser leurs inspirations dans leur environnement. Ils ne pouvaient donc pas ne prendre en compte le nécessaire effort qui est demandé à tous pour que s’expriment les libertés et que la tolérance aille jusqu’à se réapprendre.

C’est ainsi que le week-end a été marqué par des sentiments divers, voire opposés. Il y a eu ici et là de l’hésitation, peut être renforcée par l’annonce dés jeudi de l’annulation de la manifestation de VOUKOUM à Basse-Terre. Quasiment aucun groupe n’a échappé à l’interrogation sortir, ne pas sortir ? Si oui, comment, avec quel signe distinctif ?

Au fond, partant de la dimension culturelle des mas a po, les groupes se sont retrouvés et plus globalement le carnaval a bien eu lieu, avec des activités sur plusieurs pôles : Gosier, Pointe- Noire, Port-Louis, Petit-Canal en première initiative, certaines communes et bien sûr Pointe-À-Pitre.

Ainsi toutes les valeurs qui fondent et font notre carnaval ont été réunies et ce ne sont surtout pas les acteurs qui diront le contraire, d’autant plus que les rues de la ville de Pointe-À-Pitre,

lieu de prédilection des mas a po, ont été, ce dimanche, plus aisément praticables, contrairement au précédent. Cela devrait être le cas chaque dimanche sur fond de complémentarité et de solidarité acteurs/décideurs, pour une responsabilité partagée.

Dans l’ensemble les mas avaient réservé cette sortie à un regard sur notre environnement et nos traditions. Par exemple les feuilles sèches de bananiers ont été utilisées par plus de 1500 personnes…

Un bon deuxième dimanche

IMG_0146 IMG_0165IMG_0149 IMG_0241IMG_0179 IMG_0174IMG_0213 IMG_0188  IMG_0243  IMG_0200

MAS 2015, Y PATI…

Ce 04 janvier, premier dimanche du mois de janvier 2015, peu après 17h, Pointe-à-Pitre avait retrouvé ses habitudes des jours gras. Un peu plus d’une vingtaine de groupes étaient dans les rues, et pas uniquement les MAS a PO.

En effet les connaisseurs avaient, déjà en 2014, ressentis le désir des caisses claires de tourner sur la ville et de l’animer durant le carnaval, comme un entraînement, un galop d’essai avant les concours et les jours gras.

Inité mas é Ti kanno pour les mas a po et Prestans et Pikanga pour les caisses claires n’étaient pas restés dans leur commune respective, le Gosier et Baie-Mahault, pour le bonheur des acteurs et des spectateurs.

Une bonne ambiance, mais un spectacle contrarié par les embouteillages, les bouchons, ces nombreux véhicules…

Les Mas ont bien enregistré qu’ils devront se rendre à Pointe-à-Pitre durant 07 dimanches. Cela fait partie de nos habitudes, de nos traditions, c’est une de nos spécificités qui participe à la grandeur (intensité, valeur, créativité…) de VAVAL GWALOUP.

Nous rappelons la nécessité de l’arrêté municipal « Pointe-à-Pitre en carnaval du 01 janvier au jeudi de la mi carème » et de mesures d’accompagnement que les mas sont prêts à parfaire dans le cadre d’une construction collective avec la ville pour un carnaval social, solidaire, économique et culturel aussi source d’intergénérationnel et levier d’un devenir partagé…

IMG_0113 IMG_0088 IMG_0094 IMG_0103 IMG_0075 IMG_0065 IMG_0061 IMG_0001 DSCN4255 IMG_0111 IMG_0035 IMG_0031 IMG_0029